NotCompagnie

Spectacle pour un musicien-comédien, une comédienne, de la ouate, du tissu et une bobine de fil.

GENRE

Spectacle jeune public de 1 à 5 ans
Durée : 35 mm
Jauge : 80

DISTRIBUTION

Nathalie VAN CAPPEL : comédienne
Ruben : musicien, interprète
Jean-Philippe Lucas Rubio : mise en scène
Nicolas Simonin : scénographie
Marlène Chaboche : création lumière
Anne Bothuon : plasticienne

  • LE SPECTACLE

Il s’agit de jouer avec le processus de fabrication d’un personnage. A chaque étape de fabrication de le faire basculer dans un monde imaginaire où l’on expérimente une matière, ouate, fil, tissus… où l’on se perd, change d’échelle, erre dans des univers : transparence, vol, dédoublement, multiplicité, grand, petit etc…
Avec un minimum de paroles et par des distorsions, rétractations, étirements, changements d’échelle, la matière révélera ce personnage, qui inventera son monde à lui.
Il découvrira sa propre image, rencontrera celle de l’autre en inventant un doudou, se fera peur, se fera du bien, se démultipliera… se métamorphosera et grandira.

Ce jeu d’expérimentation et de métamorphoses est un parcours initiatique et de découverte vers l’accomplissement de soi. Le devenir de l’être humain.

  • LA MATIERE ET LE JEU

Dans ce spectacle nous allons explorer la matière sous toutes ses coutures, la sensation qu’elle procure, le son qu’elle produit, la forme, le contact, l’émotion ressentie.
La ouate, matériau doux, cotonneux, dont on ne pourrait se passer pour donner aux doudous leur moelleux ou aux oreillers leur mollesse délicieuse.. Ne dit-on pas que les nuages semblent être comme du coton ou de la ouate ? Il nous est tous arrivé un jour de nous allonger pour y deviner des formes, ours, lapins, monstres ou licornes…
Le fil, pour dessiner, lier et relier mais aussi délimiter et contenir des formes…
Le tissu, pour s’envelopper, s’arrêter et rebondir.

Au cœur de la matière, la notion d’infini nous absorbera…
En allant dans l’infiniment petit nous trouverons une pulsation…
… la pulsation du cœur ?

Dans le jeu, l’enfant décide de ce qu’est la réalité. La construction de l’enfant n’a pas de logique, pas de raison. Sa construction est guidée par l’affectif. Ce qui fait le jeu, c’est le processus, non le résultat. Ce processus c’est le fantasme, le fruit de l’imaginaire de l’enfant.
Les acteurs/manipulateurs deviennent les outils de cet imaginaire. Ils sont tantôt dans l’univers créé, tantôt créateurs de ce rêve.

Nathalie VAN CAPPEL

Not' auteur

RUBEN

NOT‘ musicale

Nicolas SIMONIN

NOT‘ scénographique

Marlène CHABOCHE

NOT‘ technique

Retour haut de page